« Faire revenir l’électricité au centre des préoccupations » – Réponses d’expert avec Legrand

Emmanuel Ballandras, directeur des partenariats de Legrand, répond aux questions sur l'avenir du bâtiment connecté à l’occasion du Grand Circuit Énergiser le Bâtiment du 27 juin à Nice.

Retranscription

Le marché du Bâtiment connecté est-il plus présent dans le neuf ou l'existant ?

On a aujourd'hui, en prescription, plus de 12 000 logements connectés. À peu près tous les promoteurs sont représentés dans les logements en question, il n'y en presque aucun un qui n'a pas croqué la pomme. Le problème, c'est qu'entre le moment où vous le dites et le moment où les programmes sortent de terre, il se passe du temps. On est en train d'observer maintenant les vrais programmes sortant avec de vrais gens, qui sont équipés.

La rénovation, par contre, permet d'éviter ce piège et fait que l'on a 10 à 12 000 téléchargements de l'application qui pilotent les produits qui sont là. Donc, il y a 10 000 à 12 000 personnes en France au moment où l'on se parle qui pilotent et allument leurs lumières et leurs prises avec l'application.

À quand la fin du circuit va-et-vient ?

Je pense que ce qu'il compte pour beaucoup de monde aujourd'hui, c'est la notion de temps. Pourquoi passer au connecté c'est bien ? Par ce que ça rend la chose "sexy" pour l'usager. L'idée, c'est que l'électricité revienne au centre de ses préoccupations. Vous perdez vos va-et-vient, mais vous gagnez des gens qui disent "qu'est-ce que c'est canon que l'électricité revienne au milieu de mon intérêt quotidien". Et du coup, je vais peut-être appeler mon installateur pour faire grandir et évoluer l'installation. Car pour faire l'infrastructure nécessaire, l'usager a plus que jamais besoin de son électricien.

Y a-t-il un sens à se spécialiser dans l'installation d'équipements connectés ?

Oui, il faut a minima créer une cellule au sein d'une entreprise qui a atteint une taille critique. Ou s'associer à des professionnels dont c'est le métier. En s'associant à eux et en les regardant faire, on finit par acquérir l'expérience aussi et par être un jour capable de le faire. Donc c'est toujours gagnant.

À voir en vidéo :

Les formations d’aujourd’hui et de demain pour les électriciens – Réponses d’expert avec Formapelec

Hervé Jacques, directeur du développement de Formapelec, répond aux questions sur les formations des électriciens à l’occasion du Grand Circuit Énergiser le Bâtiment du 27 juin à Nice.

Contrôles des bornes de recharge électrique : quelles mesures ?

Jean-Michel Catherin, dirigeant de Testoon, présente les solutions pour contrôler les bornes de recharge de véhicules électriques (IRVE).

Fibre optique : quel avenir pour les électriciens ? (questions d’experts avec Orange)

Questions d’experts à Didier Cazes, responsable des relations externes de la Direction Fibre chez Orange, à l’occasion du Grand Circuit Énergiser le Bâtiment du 27 juin à Nice.

L’installateur électricien, pivot essentiel de l’installation IRVE

Intervention de Bernard Gioan, animateur du groupe « mobilité douce » du club smartgrids de la CCI de Nice côte d’azur et représentant national FFIE, à l’occasion du Grand Circuit Énergiser le Bâtiment du 27 juin, à Nice.