Legrand : « Communiquer demain avec des objets connectés qui n’existent pas encore »

en partenariat avec :

Avec sa nouvelle gamme de prises et d’interrupteurs connectés Céliane with Netatmo, Legrand propose une vision du smart home basée sur l’évolutivité et l’interopérabilité. Entretien avec Emmanuel Ballandras, directeur des partenariats et relations extérieures chez Legrand.

Quelle est la vision de Legrand en matière de logement connecté ?

Chez Legrand, nous pensons qu’un logement connecté et intelligent doit évoluer avec les nouveaux besoins, équipements et technologies. Pour ce faire, il est essentiel de replacer l'utilisateur au centre des discussions pour qu’il puisse s'approprier son logement connecté. Il faut également élargir le débat à d'autres acteurs, et notamment des investisseurs ou des tiers de service qui ont pour vocation de venir enrichir notre histoire du logement connecté.

Que proposez-vous chez Legrand ?

En janvier 2018 nous lançons une nouvelle offre d’interrupteurs et de prises connectés baptisée Céliane with Netatmo. Cette solution a pour vocation de permettre le logement connecté pour tous, en donnant la possibilité aux installateurs de réaliser une installation « comme d’habitude mais connectable », qui sera ensuite connectée par l’utilisateur selon son choix et ses besoins. Avant d’être connecté, le logement connectable fonctionne comme un logement classique.

Un premier bâtiment entièrement équipé a été livré en avant première mondiale en octobre. Il s’agit de la résidence Préférence de PNB Paribas Real Estate, un bâtiment de 60 logements à Issy-Les-Moulineaux. Résumé en ces mots par le directeur de l’innovation de BNP Paribas Real Estate, le cahier des charges de notre partenaire rejoint parfaitement l’idée du smart home que l’on porte avec Céliane : « Ce que nous avons demandé à Legrand pour cette résidence connectée, c'est une infrastructure capable de communiquer demain avec un objet connecté qui n'existe pas encore et qui ne sera peut-être pas de la marque Legrand ». Céliane remplit ces conditions en étant ouverte, évolutive et inter-opérable. Les produits de cette gamme peuvent aussi bien communiquer en local en Zigbee 3.0, être interopérables sur IP ou en cloud to cloud avec d’autres systèmes tiers.

Voyez-vous un gagnant dans le match des protocoles de communication ?

Cette histoire de protocole a pollué la vie de pas mal de techniciens et d'utilisateurs finaux. Ces derniers ont longtemps espéré qu'un protocole puisse s'imposer et soit universellement proposé par les fabricants et utilisateurs, permettant à tous les objets connectés de discuter ensemble. Je pense qu'il faut en faire le deuil. Il y a néanmoins plusieurs "places" communes dans lesquels tout le monde peut se retrouver. L’IP est l’une d’entre elles, car il est un terrain à l’intérieur duquel tout le monde arrive à se comprendre. Etre ouvert sur IP nécessite une volonté technique et stratégique qui semble partagée par de plus en plus d’industriels. Legrand a pris ce virage depuis de longues années maintenant, notamment avec son offre MyHOME domotique que beaucoup d’installateurs connaissent et apprécient.

Reste que ce qui ne peut pas être réglé au niveau local doit pouvoir l'être au niveau du "cloud-to-cloud", qui est un moyen de surmonter les difficultés techniques inhérentes à la non-interopérabilité terrain d'un certain nombre de produits. Le cloud offre par ailleurs un environnement neutre permettant à des prestataires de proposer des services à partir des données recueillies - avec le consentement des utilisateurs - par les objets connectés.

 

Interview réalisée dans le cadre de la Conférence des Électriciens de demain. Retrouvez Emmanuel Ballandras lors de la prochaine étape de la Conférence à Paris, le 5 décembre prochain :


Inscrivez-vous gratuitement à la conférence de Paris !

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur