Menace sur le réseau électrique dès 2016 ?

en partenariat avec :

Si RTE assure un équilibre satisfaisant entre l'offre et la demande d'électricité en France pour l'hiver 2013-2014, il craint un risque de pénurie à partir de 2016.

Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE) présente son analyse prévisionnelle annuelle sur l'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité en France continentale pour l'hiver 2013-2014. Il conclut à un risque de rupture d'approvisionnement modéré.
 

Rupture d'approvisionnement : le risque est modéré

Pour l'hiver prochain, RTE prévoit un équilibre satisfaisant entre l'offre et la demande d'électricité. A conditions météorologiques normales, le recours à des importations ne devrait pas s'avérer nécessaire pour équilibrer la consommation d'électricité. En effet, RTE prévoit une stabilité de la consommation et un surcroît d'offre d'environ 1 300 MW par rapport à l'hiver dernier. Une meilleure disponibilité nucléaire (+2 500 MW) et la croissance de la production renouvelable installée (photovoltaïque et éolien) compensent le retrait d'exploitation de centrales thermiques (-1 000 MW de capacité installée) et une disponibilité hydraulique en baisse (-600 MW) en raison de programmes de maintenance.

En cas de froid intense et durable (6 à 8°C en dessous des normales saisonnières) ou de dégradation notable de la disponibilité des moyens de production, les marges prévisionnelles se réduiront du fait de l'augmentation de la consommation électrique et de la baisse des stocks hydrauliques fortement sollicités dans ce type de situation. Toutefois, le recours aux importations sur les marchés européens pour 3 600 MW et au dispositif d'effacement (réduction volontaire de la consommation d'un client en période de pointe) devrait permettre de répondre à la demande d'électricité. Dans une situation de très forte tension de l'équilibre, RTE pourrait mettre en œuvre des moyens exceptionnels et des actions de sauvegarde : baisse de 5 % de la tension, voire délestage de consommation en dernier recours.

S'agissant des régions Bretagne et Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), leur alimentation en électricité reste fragile, malgré l'amélioration apportée par les renforcements de réseau déjà effectués. Pour rappel, ces deux régions sont marquées par des connexions limitées au reste du réseau national et une faible production locale. RTE poursuit les démarches de sensibilisation à la maîtrise de la consommation d'électricité en période de pointe hivernale à travers la démarche ÉcoWatt.

A moyen terme, en raison de la crise économique et de la diminution de la production disponible (arrêt de centrales au fioul ou au charbon ne répondant plus aux normes environnementales et des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim), les marges de la sécurité de l'alimentation en électricité se réduisent fortement d'année en année à partir de 2016, tout en restant tributaires de l'évolution économique générale. Cette baisse devra alors être compensée par la création de nouvelles capacités de production ou d'effacement.

 

Consultation sur la version 2013 du schéma décennal de développement du réseau 

Face à ce constat et pour préparer l'équilibre entre l'offre et la demande de demain, RTE a ouvert une consultation publique sur le schéma décennal de développement du réseau jusqu'au 31 décembre, afin de recueillir l'avis du public sur ce document. Une fois finalisé, le document sera transmis à la Commission de régulation de l'énergie.

Cette année, le schéma décennal comprend des volets régionaux pour mieux appréhender les enjeux propres à chaque territoire. Il répertorie les besoins d'adaptation du réseau et les investissements nécessaires selon différents scénarios de transition énergétique.

Sur la prochaine décennie 1,5 milliards d'euros en moyenne, par an seront consacrés à l'adaptation du réseau : développement d'ouvrages neufs, renouvellement d'infrastructures existantes et raccordements de moyens de production. Durant ces dix années à venir, les principaux objectifs seront de sécuriser l'alimentation électrique en période de pointe (filets de sécurité PACA et Bretagne, mise en service d'ouvrages-clés 225 kV pour sécuriser l'alimentation électrique du sud des Pays de Loire et de la Vendée, des départements de la Haute-Loire et de la Loire, de la Haute-Durance, etc.), garantir la solidarité entre les territoires en renforçant la capacité du réseau là où risquent d'apparaître les goulots d'étranglement, développer les interconnexions européennes et accueillir les énergies renouvelables. Au total, plus de 2 000 km d'ouvrages très haute tension (400 et 225 000 volts) devront être créés ou renforcés.

Gaëlle Guyard
Code permanent Environnement et nuisances

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

sur le même sujet...