Mise à la terre des immeubles existants : les autres éléments

en partenariat avec :

Après la mise en oeuvre de la prise de terre, quels sont les autres éléments ? Conducteur de terre, borne principale de terre, barrette de mesure, liaison équipotentielle principale ou locale...

Le conducteur de terre

Appelé aussi canalisation principale de terre, il relie la prise de terre à la borne principale de terre ou barrette de mesure. La section du conducteur de terre doit être au moins de :

  • 16 mm² cuivre ou acier galvanisé protégé contre la corrosion et non protégé contre les chocs ;
  • 25 mm² cuivre ou 50 mm² acier galvanisé non protégé contre la corrosion.

 

La borne principale de terre

Une borne principale est prévue, à laquelle sont reliés les conducteurs suivants :

  • les conducteurs de protection ;
  • les conducteurs de terre ;
  • les conducteurs de liaison équipotentielle principale.

Le serrage de chacun des conducteurs doit être indépendant (une seule vis par conducteur doit être utilisée).

La barrette de mesure

Elle permet, afin d'effectuer la mesure de résistance, de déconnecter la prise de terre de l'ensemble de l'installation. Elle doit être accessible et ne doit être démontable qu'à l'aide d'un outil. Elle peut être confondue avec la borne principale de terre.

Le conducteur de protection

Il relie la masse d'un matériel à la terre. Sa section minimale est définie dans le tableau suivant :

mise à la terre sécurité électrique

Lorsqu'un conducteur de protection est commun à plusieurs circuits empruntant le même parcours, la section du conducteur de protection doit être dimensionnée en fonction de la plus grande section des conducteurs de phase.

La liaison équipotentielle principale

Elle a pour but d'éviter qu'une différence de potentiel n'apparaisse entre les divers éléments conducteurs dans le bâtiment. Elle doit relier à la borne principale de terre tous les éléments conducteurs du bâtiment :

  • les canalisations métalliques d'alimentation à l'intérieur du bâtiment en eau, gaz, etc. ;
  • les canalisations métalliques de chauffage central ;
  • les éléments métalliques accessibles de la construction.


Remarque : ne sont pas à relier à la liaison équipotentielle principale les éléments suivants :

  • rampes d'escalier ;
  • gaines de vide-ordures ;
  • châssis de fenêtres ;
  • éléments du bardage de la construction.

La section minimale doit être au moins égale à la moitié de la plus grande section des conducteurs de protection de l'installation avec un minimum de 6 mm² en cuivre (10 mm² en aluminium) et un maximum de 25 mm² cuivre (35 mm² en aluminium). Ces conducteurs sont de couleur vert et jaune.

La liaison équipotentielle locale

Chaque salle d'eau doit comporter une liaison équipotentielle locale. Elle consiste à relier entre eux les éléments suivants :

  • canalisations métalliques (eau froide, eau chaude, vidange, chauffage, gaz, etc.),
  • corps des appareils sanitaires métalliques,
  • huisseries,
  • armatures métalliques du sol avec tous les conducteurs de protection,
  • conducteurs de protection.

En cas de rénovation totale d'un logement situé dans un immeuble dépourvu de mise à la terre et dans l'attente de sa réalisation, une liaison équipotentielle supplémentaire doit être réalisée dans la cuisine en respectant les mêmes règles que celles définies pour la salle d'eau.


Remarque : il est interdit de relier à la liaison équipotentielle locale la carcasse métallique des appareils de classe II (disposant d'une isolation double et d'une isolation renforcée).

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur