En 2012, la production d’énergie primaire est en baisse du fait du nucléaire

en partenariat avec :

Le Commissariat général au développement durable publie les données de la conjoncture énergétique pour le mois de décembre 2012.

La production d’énergie primaire du mois de décembre 2012 augmente peu par rapport à celle de 2011 (+ 0,8 %, soit un total de 11,8 Mtep). L’hydraulique continue sa progression (+ 12 % par rapport à décembre 2011), tout comme l’éolien (+ 14 %). La production nucléaire marque une stabilité en décembre (+ 0,2 % sur un an), après une forte hausse en novembre. Sur toute l’année 2012 et hors énergies renouvelables thermiques et déchets, la production d’énergie primaire est en baisse de 2,6 % par rapport à 2011, du fait du nucléaire (- 3,8 %), alors que l’hydraulique et l’éolien augmentent sensiblement, respectivement de 26 % et 23,5 %.

La consommation d’énergie primaire réelle est stable en décembre. En 2012, elle est pratiquement stable par rapport à 2011. En données corrigées, la consommation d’énergie perd 3 % en décembre. Cette évolution touche toutes les énergies, à différents rythmes (- 6,2 % pour le charbon, - 4 % pour le pétrole, - 2,9 % pour l’électricité et, enfin, - 0,4 % pour le gaz). En moyenne sur l’année 2012, le taux d’indépendance énergétique perd un point et s’établit à 48,5 %.

Les émissions de CO2 liées à la combustion d’énergie sont en légère hausse (0,7 %) en décembre 2012, du fait de la croissance de la demande de charbon et de gaz. Sur l’année 2012, ces émissions sont en baisse de 1,4 % par rapport à 2011.

En 2012, la facture énergétique française progresse de 10,4 %, soit un montant de 67,2 milliards d’euros. Les produits pétroliers contribuent à 80 % du total.

Gaëlle Guyard
Code permanent Environnement et nuisances

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur

sur le même sujet...