Un nouvel appel d’offres pour deux parcs éoliens en mer

en partenariat avec :

L'implantation de 200 éoliennes au large des côtes françaises, pour une capacité installée totale de 1 000 MW, est envisagée.

Annoncé lors de la conférence environnementale, cet appel d’offres doit permettre l’installation de deux parcs éoliens de production d’électricité au large du Tréport (Haute-Normandie) et des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Pays de la Loire), pour une capacité installée de 500 MW chacun.

Il vient compléter le premier appel d’offres, lancé en juillet 2011, pour le développement de capacités de production d’électricité par énergie éolienne offshore d'une puissance maximale de 3 000 MW répartie sur cinq zones au large des côtes bretonnes et normandes. La zone du Tréport avait déjà été ouverte à la concurrence lors de cet appel d’offres, mais le prix proposé dans la seule offre déposée était très élevé, elle entraînait à elle seule une surcharge de l’ordre de 500 millions d’euros pour la contribution au service public de l’électricité (CSPE). De ce fait, cet appel d’offres avait été déclaré sans suite (Communiqué de presse du ministre chargé de l’énergie, 6 avr. 2012).

La ministre chargée de l’écologie vient de saisir la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur le cahier des charges. L’appel d’offres devrait être publié au Journal Officiel de l’Union Européenne au mois de mars prochain. Les candidats pourront constituer leurs offres jusqu’en septembre 2013 et les lauréats seront désignés en janvier 2014. La construction et la mise en service progressive sont prévues pour 2021-2023. Avant cela, plusieurs étapes seront nécessaires : études de faisabilité approfondies, études d’impacts et autorisation d’occupation du domaine maritime.

Le cahier des charges proposé reprend en grande partie celui du premier appel d’offres. Cependant, certains points ont fait l’objet d’amélioration :
- augmentation du délai d’instruction de 2 à 4 mois afin d’en améliorer la qualité ;
- augmentation du délai de fourniture des contrats industriels afin de laisser plus de temps pour la re-négociation des contrats suite à l’obtention des autorisations ;
- adaptation du calendrier après désignation des lauréats afin de tenir compte des délais liés aux travaux de raccordement ;
- explicitation du contenu des accords demandés entre les candidats et leurs fournisseurs ;
- modification de la notation du critère prix.

Les projets seront sélectionnés selon trois critères : la qualité du projet industriel et social (40 % de la note finale), le prix d’achat de l’électricité proposé (40 %) et le respect de la mer et de ses usages (20 %). Le candidat doit ainsi présenter dans son offre les mesures qu’il envisage pour éviter, réduire et compenser les impacts du projet sur l’environnement. Il s’engage à concevoir, construire, exploiter et démanteler l’installation de manière à minimiser les impacts sur l’environnement et à remettre le site en état à la fin de l’exploitation. Il doit également prendre en compte les usages existants du domaine maritime tels que les activités de pêche.

Gaëlle Guyard
Code permanent Environnement et nuisances

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur