Les règles de la norme XP C 16-600 concernant les interrupteurs différentiels à haute sensibilité (? 30 mA)

en partenariat avec :

La norme XPC16-600 distingue plusieurs cas pour ce qui est des interrupteurs différentiels à haute sensibilité (≤ 30 mA), selon qu’ils protègent la totalité ou une partie seulement de l’installation électrique. En outre, ces règles ne concernent que les interrupteurs différentiels, pas les disjoncteurs différentiels. Explications sur ces distinctions…

De quand date la mise en œuvre de DDR 30 mA en locaux d’habitation ?

Les dispositifs différentiels à haute sensibilité (≤ 30 mA) sont apparus dans les installations électriques des locaux d’habitation avec la norme NF C15-100 « Installations électriques à basse tension » de mai 1991, pour protéger les circuits alimentant des socles de prise de courant et ceux des locaux contenant une baignoire ou une douche. Depuis décembre 2002, les DDR à haute sensibilité (≤ 30 mA) ont été généralisés à tous les circuits parla norme NF C 15-100 en vigueur, lors de la réalisation d’installations électriques domestiques neuves.

Dans les installations électriques anciennes, de tels interrupteurs sont fréquemment mis en œuvre par les installateurs électriciens pour mettre en sécurité l’installation, notamment en l’absence de conducteurs de protection sur un ou plusieurs circuits.

norme XP C 16-600 interrupteurs différentiels

Protection des circuits par DDR à haute sensibilité (≤ 30mA)

Source : guide « Installations électriques des logements existants » de l’association Promotelec

Quelles différences entre un interrupteur et un disjoncteur différentiel ? 

Un interrupteur différentiel remplit deux fonctions :

  • une fonction manuelle de commande (mise en ou hors service de la partie d’installation à l’origine de laquelle il est placé) ;
  • une fonction automatique de protection des personnes (fonction différentielle).

En plus des fonctions de l’interrupteur, un disjoncteur différentiel protège les canalisations contre les surintensités (surcharges et court-circuits).

Pourquoi distinguer plusieurs cas dans la norme XP C 16-600 ?

L’exigence B.4.3.j) de la norme XP C16-600 concerne le courant assigné du ou des interrupteurs différentiels placés en aval du disjoncteur de branchement. A tout instant, le courant qui traverse un interrupteur différentiel (courant consommé par les circuits situés en aval) doit être inférieur ou égal à son calibre. Si ce n’est pas le cas, l’interrupteur risque de s’échauffer anormalement, et de provoquer un début d’incendie. Depuis le 1er septembre 2011,la norme XP C 16-600 distingue 2 cas :

  • Le 1er cas (tableau B.7) correspond à la protection de l’ensemble de l’installation par un (ou plusieurs) interrupteur(s) différentiel(s). Ce cas se rencontre typiquement sur des installations anciennes mises en sécurité ;
  • Le 2ème cas (tableau B.8) correspond à la protection d’une partie seulement de l’installation par un (ou plusieurs) interrupteur(s) différentiel(s). Le tableau B.8 est en fait la fusion des cas n°2 et n°3 de la norme XP C 16-600 d’août 2007. La 1ère colonne du tableau B.8 correspond aux installations conçues selonla norme NF C 15-100 de mai 1991.

Résumé :

Pour en savoir plus, se référer au mémento « Diagnostic électrique obligatoire en cas de vente » édité par l’association Promotelec. Ce mémento est une synthèse illustrée des évolutions de la nouvelle norme XP C 16-600 entrée en vigueur depuis le 1er septembre 2011.

A propos du fournisseur

Publications du fournisseur